Nos Expéditions

L’histoire du NMC.

 

2014.

Le permis provisoire à peine signé au crayon par le moniteur, les jeunes du club enfourchent leurs nouvelles motos pour se rendre au Portugal.

 

 

 

Le plan initial visait les Pyrénées. L’appel du voyage a été plus fort et ce sont 6000 km de route et de pistes supplémentaires qui ont mené les motards à travers l’Aragon, la Castille et Léon, la Galice.

Près d’un mois d’itinérance au gré des rencontres, des pluies, des conseils avec une façon de vivre qui n’a pas coûté plus de 400€.  C’est ce type de voyage modeste qui est resté dans le cœur des pilotes pour tous les raids suivant. C’est lors de cette première escapade qu’il y a eu une prise de conscience des conduites agricoles à risques avec les agriculteurs qui jalonnaient la route.

 

 

L’étincelle

 

C’était le début d’une longue série. Ce premier essai a allumé une flamme d’aventure qui n’a plus lâché les deux hommes. Leurs jalons élémentaires étant pris, ils se sentaient capables de pousser la route plus loin, plus longtemps.

 

 

2015.

Rendez-vous était pris pour se retrouver le lendemain de la fête du village.

Au départ, trois motards du NMC.

 

 

 

 

Direction l’Europe de l’Est profonde vers les pays de l’ex-URSS.

Les aventuriers reprennent peu à peu leurs marques pour l’installation des campements, les techniques de bivouac, le choix des routes et des pistes à la boussole. La traversée des alpes entre la Suisse, l’Italie et l’Autriche a donné lieu à un événement spécial : les 24h non stop. Au départ des grands lacs italiens, les pilotes ont passé toute une journée et toute une nuit à rouler sans s’arrêter jusqu’à voir le soleil se lever depuis le sommet des dolomites.

 

 

 

4000 km plus à l’Est, l’arrivée à la mer noire apporte une expérience nouvelle, les levers de soleil sur l’eau.

 

 

Les roues des motos ont ensuite frôlé les terres grecques, les îles Cyclades, les Dardanelles turques. Dans ces campagnes sèches le raisonnement phytosanitaire peut être très important, et l’utilisation de l’eau doit être fait intelligemment. La protection de soi est en revanche une précaution à populariser.

 

 

Bivouac

 

Le hors piste et l’installation d’un campement sauvage paraît déterminant pour éprouver la sensation d’aventure.

Une pierre à feu, du bois, de la roche, le sol humidifié par la rosée, le plastique de la toile de tente, l’odeur de la fumée et du café : des matières brutes qui donnent une vraie impression de vivre.

Irremplaçable est l’émotion de se sentir chez soi à 6000 km de sa maison, dans un carré de terre que le destin à amené au détour d’une colline ou d’une forêt.

 

 

Les motos de la grande famille des premiers Paris-Dakar apportent l’âme et les capacités nécessaires à la réalisation de ces raids dans l’ombre et avec le caractère des belles années.

 

 

Rencontres

 

Rapidement on se rend compte que la moto démultiplie l’interactivité qu’on peut avoir avec les personnes croisées sur le trajet. Il suffit de couper le moteur au bord de la route et de retirer son casque pour voir arriver l’infirmière du village ou le vigneron qui travaille dans la parcelle la plus proche.

Les membres du NMC peuvent désormais se rendre dans toutes les régions d’Europe où ils auront un toit pour passer la nuit auprès de toutes les personnes, notamment agriculteurs, avec qui la confiance est établie.

 

 

2016.

Premier départ vers les pays froids.

Cette fois-ci le taux de chargement en vêtements chaud et de duvets est bien plus important. Et sans attendre, après à peine 3000 km, les premières neiges apparaissent.

 

 

Enfin le « Wild », où les amoureux de la nature s’en donnent à cœur joie, et où les premiers instincts de survie reprennent le dessus.

 

 

En ligne de mire, le plus haut point d’Europe : le Cap Nord.

En Laponie, les mille derniers kilomètres seront faits en croisant moins de dix personnes par jour, dans un paysage vierge et à couper le souffle.

 

 

 

Fin du Monde

 

L’arrivée au bout de la dernière terre, à 1h30 du matin, se fait devant un soleil rouge flamboyant, plein Nord, qui rasera la surface de la mer sans jamais se coucher. 

A cet endroit précis, unique au Monde, où l’on vit une journée de 48h, il existe un point de vue exceptionnel où la courbure de la Terre est exacerbée. On imagine voir, du haut de la falaise, la moitié du globe. 

Pour fêter la réussite de l’objectif, un cassoulet du Sud-Ouest français, jusque là conservé soigneusement au fond des valises, sera réchauffé et vite avalé !

 

 

 

2017.

54 degrés.

 

 

 

54 degrés, c’est la température qu’il faisait en plein juillet dans le désert d’Oujda, au Maroc.

La sensation est difficile à décrire : le vent brûle la peau, l’air est irrespirable, la cage thoracique semble écrasée sous la contrainte, le nez se met à saigner, le corps ne se suffit pas des dix litres d’eau journaliers et la sensation de faim n’arrive jamais.

 

Partout où il est possible d’aller, les Marocains accueillent chaleureusement les visiteurs et offrent le « atay », synonyme d’une impérissable bienvenue.

 

 

La piste en direction du Sénégal fut stoppée à cause d’une campagne militaire prenant place dans les régions sub-sahariennes.

La traversée de l’Atlas, puis du Sahara a nécessité de puiser dans les ultimes réserves de persévérance et d’endurance.

 

 

Prochaine expédition : D’Est en Ouest

Toute l’expérience accumulée sera mise à rude épreuve pour réaliser cette aventure.

PARIS – MOSCOU – PEKIN – MEXICO

 

 

 

###